Critiques

Nabucco, Verdi – Opéra de Lille, mai 2018

« Jennifer Courcier (Princesse dans le Nain in loco), délivre une prestation scénique attirant le regard du spectateur. » Olyrix, Damien Dutilleul


« Les qualités de la distribution se remarquent dès les petits rôles : Jennifer Courcier (Anna) ou François Rougier (Abdallo) imposent leur personnage dès leur première intervention. » Forum Opera, Yannick Boussaert


Der Zwerg (Le nain), Zemlinsky – Opéra de Rennes, mars 2018

« Sa légèreté, son timbre clair, son phrasé prometteur, ses qualités d’actrice, son port de tête digne d’une danseuse, lui permettent d’interpréter avec justesse un personnage hautain à l’indifférence inhumaine lorsqu’elle déplore son jouet ‘tout juste offert et déjà cassé’. » Olyrix, Véronique Boudier


« Jouet ‘tout juste offert et déjà cassé’, il ne peut résister au charme de fée de Jennifer Courcier, gracieuse et légère, dont le timbre fruité appelle Richard Strauss. » Forum Opera, Tania Bracq


Werther, Massenet – Opéra National du Rhin, février 2018

« On apprécie surtout la Sophie juvénile de Jennifer Courcier, voix lumineuse, diction idéale, d’une belle prestance scénique. » Opéra Magazine, Jean-Luc Macia


« Rarement aura-t-on vu Sophie aussi juvénile que Jennifer Courcier. La jeune soprano française se fond parmi les autres enfants et pourrait presque avoir l’âge du rôle, soit 15 ans : la voix est à l’unisson, charmante, lumineuse, sans aucune astringence. » Forum Opera, Antoine Brunetto


« Jennifer Courcier campe avec succès une Sophie moins effacée et légère que d’ordinaire. »  Res Musica, Michel Thomé


« Deliziosa la Sophie di Jennifer Courcier, coi palpiti degli amori adolescenziali. » Il Sole 24 Ore, Rosalinde Vanni


 Hansel et Gretel, Humperdinck – Opéra National de Lorraine, décembre 2017

« La soprano Jennifer Courcier, marchand de sable au costume scintillant et argenté, à la voix cristalline et légère, en parfaite adéquation avec son personnage. » Olyrix, Céline Wadoux


« Dans son double rôle, Jennifer Courcier ne manque ni de piquant ni de ressources comiques. » Forum Opéra, Laurent Bury


Der Zwerg (Le nain), Zemlinsky – Opéra de Lille, novembre 2017

« La soprano Jennifer Courcier est une Infante candide, guillerette et gracile […], qui confère une délicatesse de danseuse à chaque geste. […] Elle lance sa voix pure et tranchante, le menton levé. […] Elle dispose d’un phrasé straussien qui pourrait lui ouvrir avec succès ce répertoire une fois sa voix épaissie. » Olyrix, Damien Dutilleul


« l’Infante, dont la cruauté est sublimée par Jennifer Courcier, à l’étincelante chevelure blanche. » La Voix du Nord, Benjamin Duthoit


« l’Infante de Jennifer Courcier (silhouette d’elfe nordique, caprices de princesse impeccablement mis dans son chant aussi juvénile que cruel) a des légèretés de Zerbinette. » L’Avant-Scène Opéra, Chantal Cazaux


« Jennifer Courcier a l’extrême légèreté, et l’indifférence inhumaine, digne de Lulu, qui lui fait finalement déplorer son jouet à peine offert, sitôt cassé. » Forum Opéra, Laurent Bury


Pelléas et Mélisande, Debussy – Théâtre des Champs-Elysées (Paris), mai 2017

« Jennifer Courcier compose un Yniold idéal de timbre et de crédibilité théâtrale. » Musicologie.org, Frédéric Norac


« Le bel Yniold de Jennifer Courcier, idéal vocalement et d’une touchante innocence. » Opéra-Online, Laurent Vilarem


« L’Yniold espiègle de Jennifer Courcier convainc. » Opéra Magazine, José Pons


« Jennifer Courcier est délicieuse, scéniquement comme vocalement. » L’atelier du Chanteur, Alain Zürcher


« Jennifer Courcier est incroyablement crédible en Yniold, tant de silhouette que de présence vocale. » L’Avant-Scène Opéra, Chantal Cazaux


Lakmé, Delibes – Opéra de Tours, janvier 2017

« Jennifer Courcier chante Ellen, la fiancée de Gérald, avec son air mutin, sa voix charmante et son phrasé raffiné. » Olyrix, Damien Dutilleul


Orphée aux enfers, Offenbach – Opéra de Nancy / Montpellier / Nantes, 2015-2016

« Belle composition de Jennifer Courcier, Cupidon remarquable de fraîcheur et d’élan. » Forum Opéra, Maurice Salles


« Le Cupidon de Jennifer Courcier ravit par sa vivacité et son charme. » Forum Opéra, Tania Brac


« Jennifer Courcier est un Cupidon espiègle et piquant dont la voix de pinson est assurée et travaillée. » Olyrix, Damien Dutilleul


« On signalera en particulier l’abattage scénique et vocal de Jennifer Courcier (Cupidon). » Le Babillard, Loic Chahine


Le médecin malgré lui, Gounot – Opéra de Saint-Etienne – Déc 2015

« Adorable, […] la Lucinde finement caractérisée de Jennifer Courcier. » Opéra Magazine, François Lesueur


« […] La Lucinde aussi bien trempée que pétulante de Jennifer Courcier […] » ConcertoNet.com, Gilles Charlassier


La flûte enchantée, Mozart – La Fabrique Opéra Marseille, avril 2015

« Une Papagena de rêve. » arts-spectacles.com, Pascale Marchiani


« Le couple terre à terre ou plume à plume de Papageno/ Papagena, révèle le sonore baryton coloré d’Alexandre Artenenko et le joli soprano souriant de Jennifer Courcier, lui attendrissant, elle, coquette et coquine. » Benito Pelegrin